« devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur,… »

icone-quote-start Venez à moi, […] devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos […]. Oui, mon joug est facile à porter et mon fardeau léger.  icone-quote-end
Évangile selon saint Matthieu, ch. 11, v. 28-30

Jésus nous dit que son joug est facile à porter et son fardeau léger. Hum…

L’amitié du Seigneur permet de se mettre à son école. Or, il est doux et humble de cœur. Jésus nous invite à la douceur dans nos rapports fraternels. Il nous invite à tirer le joug de la fraternité, mais en douceur. Dans la crèche, il est le prince de la paix, mais aussi le modèle de l’humilité et de la douceur.

Il n’est pas facile de témoigner de l’humilité et de la douceur dans un monde d’orgueil et de violence dans lequel il faut paraître, étaler son savoir et sa puissance, fût-ce au détriment des autres. Une tentation qui nous guette même à l’intérieur des communautés chrétiennes.

J’ai été appelée comme supérieure générale d’une congrégation dominicaine pendant douze ans. J’ai mieux compris pourquoi, dans ce cas, on parle d’une charge ! J’ai découvert avec terreur comment j’étais tentée de répondre par la violence aux contradictions de mes sœurs. J’étais écrasée, fatiguée, usée, lasse. Alors je déposais devant le Seigneur le fardeau de ma responsabilité afin de recevoir la grâce de continuer. Chaque fois que je me suis mise en prière pour confier le joug de mes sœurs au Seigneur, j’ai ressenti une grande paix et une grande douceur.

Notre Dieu est un Dieu « doux et humble de cœur », un Dieu qui partage le poids de notre fardeau quotidien. Jésus est venu pour redonner à la religion son rôle de soutien et de libération. Il est venu nous apprendre la douceur. Il vient nous donner la paix.

Seigneur, me voici. Je décharge mes fardeaux à tes pieds. Je désire me mettre à ton école pour apprendre avec toi la douceur sur les genoux de la Vierge Marie. Je veux avancer avec toi pendant cet avent sur le chemin de paix que tu as préparé pour ma vie. Amen. 

Témoignage de Soeur Marie-Emmanuelle Mertz, Couvent du Puy en Velay

Extrait du site Retraite dans la ville – retraites spirituelles des Dominicains en ligne

Cet article, publié dans Clin d'oeil, Réflexion, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Faites-nous part de vos commentaires !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s