« La foi, mais pour quoi faire ? » (Luc 17:5-10) par la pasteure Elisabeth Schenker

Quand ils ouvrent la bouche dans l’évangile de Luc, ils ont toujours des questions décalées, les disciples de Jésus de Nazareth, surtout ceux qu’il a appelés apôtres, c’est-à-dire « envoyés ». Des questions qui témoignent de l’incompréhension assez massive de ce qui leur est arrivé, vraiment, avec l’irruption de cet homme dans leur vie. Voilà presque une année qu’ils le suivent à la trace, partagent ses repas, écoutent son enseignement, sont témoins des actes qu’il pose. Et voilà qu’ils sortent d’un long mutisme pour Lui faire cette demande pour le moins étrange, à ce stade de leur cheminement : « ajoute-nous de la foi » … Donne-nous de la foi en plus… ! La réponse que leur fait Jésus a fait couler beaucoup d’encre, parce qu’en bons chrétiens que nous sommes de génération en génération, nous n’imaginons pas qu’il soit possible de prendre les paroles de Jésus autrement qu’au sérieux. Que très au sérieux même. Et donc nous cherchons un sens très, très sérieux à cette réponse de Jésus : « si vous aviez de la foi comme une graine de moutarde, vous diriez à ce mûrier « déracine-toi et plante-toi dans la mer », et il vous obéirait ! »

Lire la suite
Publié dans Réflexion | Tagué | Laisser un commentaire

Message du pape François : Soyez heureux

« Vous pouvez être  anxieux et parfois irrité, mais n’oubliez pas que votre vie est la plus grande entreprise du monde.  Vous seul pouvez l’empêcher de décliner.
Nombreux sont ceux qui vous apprécient, vous admirent et vous aiment.  Et tu ne le sais pas mais il y a des gens pour qui tu es spécial
Je voudrais que vous vous souveniez qu’être heureux, ce n’est pas avoir un ciel sans tempête, je marche sans accident, je travaille sans fatigue, des relations personnelles sans déception.
Être heureux, c’est trouver la force dans le pardon, l’espoir dans les batailles, la sécurité dans la boîte de la peur, l’amour dans les désaccords.
Être heureux, ce n’est pas seulement valoriser le sourire, c’est aussi réfléchir à la tristesse.
Il ne s’agit pas seulement de commémorer le succès, mais de tirer les leçons de l’échec.
Ce n’est pas seulement avoir de la joie avec les applaudissements, mais avoir de la joie dans l’anonymat.
Être heureux, c’est reconnaître que la vie vaut la peine d’être vécue, malgré tous les défis, la tristesse, les malentendus et les périodes de crise émotionnelle et économique.
Être heureux n’est pas un destin, mais une conquête pour ceux qui savent voyager dans leur propre être.
Être heureux, c’est cesser d’être victime de problèmes et devenir acteur de votre propre histoire.
C’est traverser des déserts hors de soi, mais pouvoir trouver une oasis au plus profond de notre âme.  C’est remercier Dieu chaque matin pour le miracle de la vie.
Être heureux, ce n’est pas avoir peur de ses propres sentiments.
C’est avoir la capacité de dire «je t’aime».

Que votre vie devienne un jardin d’opportunités pour être heureux …
Puissiez-vous être un amoureux de la joie dans vos sources.
Puissiez-vous être un ami de sagesse et de paix pendant vos hivers.
Et lorsque vous vous trompez en cours de route, vous recommencez.
Eh bien, vous serez plus passionné par la vie.
Et vous découvrirez qu’être heureux, ce n’est pas avoir une vie parfaite.
Mais utiliser des larmes pour tolérer l’eau.
Utilisez les pertes pour affiner la patience..
Utilisez le plaisir de roder la douleur.
Utilisez des obstacles pour ouvrir des fenêtres d’intelligence.
N’abandonnez jamais …
N’abandonnez jamais les gens que vous aimez.
N’abandonnez jamais le bonheur, car la vie est un spectacle à ne pas manquer! »

Extrait du site https://paroisse-catho-hausbergen.fr/ , article du 5 septembre 2021

Publié dans Clin d'oeil, Réflexion | Tagué , | Laisser un commentaire

Le reconnaître le Fils de Dieu

Durant des siècles et dès le début de son existence, l’Église a dû lutter contre le mépris de la matière et particulièrement de la chair car cela amena certains à refuser à Jésus un vrai statut d’homme de chair et d’os.

Pourtant cette tenace méfiance de la chair reste toujours inscrite dans beaucoup de ses enseignements. Les anciens parmi nous se rappellent sûrement cette image de l’âme, pur esprit, prisonnière d’un corps lourd et pécheur…

Comment peut-on mépriser l’humanité charnelle alors que le Fils de Dieu s’y est incarné, lui donnant une nouvelle dignité et continue de le faire par son Esprit Saint envoyé d’en haut ? C’est cela qui nous donne le droit d’affirmer que c’est dans ces corps mortels, que c’est à travers cette vie humaine dans toutes ses dimensions : amoureuse, laborieuse, créatrice, mais aussi politique, conflictuelle, économique… que nous pouvons reconnaître Dieu et le rencontrer.

Le premier temps de notre relation d’amour avec Dieu sera donc celui de l’éducation de notre regard afin de Le découvrir.

Lire la suite
Publié dans Réflexion | Tagué | Laisser un commentaire

Dieu, c’est le GPS dans le brouillard

Homélie du 1er septembre 2019 (Lc 14, 1, 7-14)

Abbé Joël Pralong – Église St-Jean, Fribourg

Là où Dieu règne sur notre terre, là où il a établi son Royaume, les références sont différentes, les valeurs sont carrément inversées. Plus de privilège ni de passe-droit, personne ne peut revendiquer sa place ni un quelconque droit. C’est Jésus lui-même qui assigne à chacun sa place, qui donne à chacun sa valeur, comme il le veut, uniquement selon sa bonté… «Aujourd’hui tu seras avec moi dans la Paradis» (Lc 23,43) dit Jésus à l’un des deux criminels suspendus à la croix comme lui. Si ce criminel accepte la sentence prononcée par la justice, «Pour nous, c’est juste» dit-il, il reconnaît en Jésus la bonté de Dieu, qui seul peut le sauver, indépendamment de ce qu’il a fait. Autrement dit, il accepte d’être aimé jusque dans son anéantissement. Il n’existe dès lors plus aucun anéantissement ni d’enfer ni de mort dans lesquels Jésus ne serait descendu… pour récupérer la brebis la plus égarée, la plus perdue, la plus anéantie, la plus blessée. Il suffit juste de dire OUI! De se laisser trouver…

Me revient à l’esprit ce texte de Dostoïevski, décrivant la fin des temps: «Et alors les sages et les intelligents s’offusqueront, ils diront : Mais Seigneur, pourquoi accueilles-tu ceux-là ? Et Lui leur répondra: Je les accueille, ô vous les sages et les intelligents, car ce sont les seuls à ne pas s’être sentis dignes d’une telle faveur!» Alors tous nous comprendrons et tous nous pleurerons!»

Lire la suite
Publié dans Réflexion | Tagué | Laisser un commentaire

Cette porte étroite c’est celle que le Christ a franchie. 

Évangile : Luc 13, 22-30

Homélie

Les textes bibliques de ce dimanche nous invitent à faire un pas de plus sur le chemin de la foi ; le vrai Dieu n’est pas le Dieu de quelques-uns ; il est celui qui veut rassembler tous les hommes : c’est cette bonne nouvelle que nous trouvons dans le livre du prophète Isaïe (1ère lecture): “Je viens rassembler toutes les nations, de toute langue. Elles viendront et verront ma gloire…” Ces paroles de réconfort sont adressées à des croyants qui viennent de vivre une longue période d’exil ; ils ont vécu 50 ans en terre étrangère au milieu des païens. Ils découvrent progressivement que Dieu veut rassembler toutes les nations. Son amour est offert à tous.

Lire la suite
Publié dans Réflexion | Tagué , | Laisser un commentaire