Aujourd’hui, petite méditation sur l’angoisse !

Intro Luc 12 et 13
Tout au long du mois d’aout, nous lisons les chapitres 12 et 13 de St Luc. Essentiellement le Chapitre 12 Au cœur de ce chapitre, nous sommes à l’un des rendez-vous du propos de Jésus. Une énorme
confidence. Il livre à ses disciples la raison pour laquelle il a quitté le ciel pour venir sur la terre. La
raison pour laquelle il a quitté le sein du Père pour vivre la condition des hommes ! « Je suis venu
allumer un feu sur la terre, et comme il me tarde qu’il soit allumé ! »
Cette confidence nous apporte une lumière pour écouter toutes les paroles de ces chapitres 12 et 13.
En quelque sorte la clé d’interprétation pour nous aider à comprendre tant les gestes que les paroles
de Jésus. Peut-être ses impatiences aussi !
Quel ardent amour pour les hommes ! Pour les hommes individuellement. Et pour le devenir de
notre humanité toute entière ! « Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il
soit déjà allumé ! Je dois recevoir un baptême, et quelle angoisse est la mienne jusqu’à ce qu’il soit
accompli ! »

L’angoisse est-elle toujours négative ?
Je pense que trop souvent nous ne savons pas interpréter l’angoisse. Car il est des angoisses qui sont
l’expression d’un intense amour.
L’angoisse de la mère pour son enfant – parfois excessive ou maladive, tout au moins possessive – est
la plupart du temps la manifestation de son extrême amour. Le stress de l’enseignant en entrant
dans la salle de classe, c’est la manifestation de l’extrême estime qu’il entretient pour ses élèves. Ou
le trac de l’organiste qui prend place à la tribune de l’orgue avant la messe, n’est-ce pas le signe
d’une vraie conscience de la transcendance de Dieu ! Non l’angoisse n’est pas forcément négative. Ni
le stress. Pas plus que l’anxiété ou le trac…

Lire la suite
Publié dans Réflexion | Tagué , | Laisser un commentaire

Homélie du 15 août : Marie part en hâte

Marie part en hâte… Marie s’empresse… Marie ne perd pas de temps, parce qu’elle sait que sa cousine a besoin de quelqu’un ; elle part donc en hâte.

Je vous confie que quand je parle avec la Vierge et qu’il y a une question à résoudre je lui dis : « empresse-toi , toi qui sais te hâter, hâte-toi… » Marie, la femme qui s’empresse !

Ceci me ramène à une image que je porte. Je revois un groupe de femmes de la rue Junta (alors domicile des Petites Sœurs de l’Assomption) qui, après la messe partaient « en hâte » pour servir et ne revenaient pas avant midi. Elles s’en allaient avec empressement travailler comme domestiques dans les maisons où il y avait une femme qui avait besoin d’être aidée pour faire le ménage, pour envoyer les enfants à l’école… quelqu’un de pauvre qui ne pouvait payer pour être aidée. Domestiques, servantes des pauvres. Cela m’impressionnait toujours.

Lire la suite
Publié dans Réflexion | Tagué , , | Laisser un commentaire

Demandez, Cherchez, Frappez !

Je vous propose ce matin, en partant du texte de Luc qui nous est proposé dans notre liste biblique journalière non pas tant de parler de la prière même, du Notre Père, d’autres plus compétents que moi l’ont déjà fait ou le feront mais plutôt de ce que Luc a mis autour et ce qu’il a mis autour il ne l’a pas mis par hasard !

Notons tout d’abord que les deux évangélistes qui rapportent cette même prière : Matthieu et Luc, l’ont en effet encadré par des déclarations concernant la prière. On a d’une part dans Matthieu au chapitre 6, v.5, c’est Jésus qui parle : lorsque vous priez ne soyez pas comme les hypocrites qui aiment à prier debout mais quand tu pries entres dans ta chambre, fermes ta porte et prie ton père qui est là dans le lieu secret.

Ne multipliez pas de vaines paroles comme les païens qui s’imaginent qu’à force de paraboles ils seront exaucés »

Luc, nous venons de l’entendre, étoffe en quelque sorte sa démonstration et on pourrait dire que Luc et Matthieu quoique de manière très différente auraient organisé cet encadrement pour offrir à leurs lecteurs une catéchèse de la prière du Seigneur.

Lire la suite
Publié dans Réflexion | Tagué , | Laisser un commentaire

Commémorations des inondations du 15 juillet 2021

En hommage aux victimes des inondations qui ont ravagé la vallée de la Vesdre l’été dernier.

https://www.verviers.be/actualites/2022/commemorations-des-inondations-du-15-juillet-2021

Publié dans Clin d'oeil, Infos, Solidarité | Tagué | Laisser un commentaire

Avoir ou être un prochain (Luc 10 25-37)

Cette histoire que nous venons de lire, celle du ‘Bon Samaritain’ est très connue. Elle a fait l’objet, au long des siècles d’une multitude d’interprétations différentes, pas forcément incompatibles, mais souvent compliquées et difficiles à comprendre pour un non théologien. J’espère cependant aujourd’hui vous apporter une façon de la lire qui reste, je l’espère, à la portée de tous

Un docteur de la loi, un légiste, demande à Jésus, pour le mettre à l’épreuve, comment obtenir la vie éternelle. De quoi s’agit-il en fait? Qu’est-ce que cette vie qui se prolongerait dans l’éternité ? Dans le judaïsme pharisien auquel appartient le légiste, il s’agit d’une sorte de garantie d’immortalité que Dieu donnerait aux justes le jour de la fin du monde qui doit venir incessamment. De sorte que ces justes ne mourraient pas. Les premiers chrétiens ont plus ou moins emboité le pas, par exemple l’apôtre Paul, qui d’ailleurs était pharisien. Il croyait effectivement la fin du monde imminente.

Aujourd’hui nous pouvons dire que tous ces gens-là n’ont pas eu raison puisque, 2000 ans plus tard, cette fin du monde n’est toujours pas arrivée. Les grands théologiens, comme Albert Schweitzer par exemple, n’hésitaient pas à dire qu’ils se sont trompés. Mais nous devons remarquer combien Jésus prend du recul par rapport à ces belles théories que nous avons du mal à faire nôtres aujourd’hui. Après le rappel des deux commandements, « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu » et « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » Jésus dit au légiste : « Va, fais cela et tu vivras ». Jésus ne s’encombre pas de supputations apocalyptiques sur la fin des temps. Il ne s’agit plus pour lui de savoir quelle sera la situation après la fin du monde, mais de vivre convenablement dans le présent, dans le futur proche qui est devant nous. De vivre en plénitude, dans la proximité de Dieu. De vivre vraiment en quelque sorte, de goûter le vrai bonheur. « Va, fais cela, et tu vivras ». Nous essayerons de voir dans le déroulement de l’histoire racontée ce qu’est pour Jésus cette vie réelle.

Lire la suite
Publié dans Réflexion | Tagué , | Laisser un commentaire