A cette époque il n’y avait pas d’horaire… on partait à pied ou à cheval…

“Ce que je vous dis, je le dis à tous : veillez.”(Mc 13,37)

Dans cette parabole qui tient en quatre lignes, un personnage part en voyage et prend des dispositions pour une longue absence.
C’est un maître de maison et il a des serviteurs… point important, puisque cette histoire concerne notre situation par rapport à Dieu.
Le Maître confie une tâche à chacun… ce qui signifie que chacun de nous a une tâche unique au monde, ou une vocation.
Les serviteurs voient partir leur Maître… mais ils ne savent pas quand il reviendra… en fait, ils ne savent pas s’il reviendra.

A cette époque il n’y avait pas d’horaire… on partait à pied ou à cheval… et comme les nouvelles allaient parfois moins vite que celui qui les envoyait, il n’était pas toujours possible d’avertir de son retour.
Pour être prêts à accueillir leur maître, les serviteurs n’avaient qu’une solution : veiller !

Le Maître, nous dit Jésus, « a donné tout pouvoir à ses serviteurs » (Mc. 13,34)… ce qui veut dire que pendant quelques mois, ils auront l’impression que ce sont eus les seuls maîtres de la maison… plus le temps passera, plus ils auront l’illusion que les
choses leur appartiennent.

On voit que cette parabole traduit bien notre expérience. Avec un Maître qui laisse une telle liberté, il y a un risque !
Certains l’oublient totalement… ils se croient seuls au monde… comme si Dieu n’existait pas… comme s’ils étaient les seuls maîtres à bord et n’avaient de compte à rendre à personne.
Le jour où ils comparaîtront devant le Maître, et qu’il leur dira : “Rends­ moi compte de ta gestion (Lc 16,2), explique-moi ce que tu as fait avec tous les talents que je t’avais confiés (Mt 25,14-30)… comment as-tu géré les dons que tu avais reçus
pendant cette vie ?”
Là, ils tomberont des nues… ils diront : “Mais, Seigneur je ne savais pas que j’aurais des comptes à rendre. Mes richesses étaient à moi… c’ étaient mes affaires, je les avaient achetées … regarde les factures !”
Et il dira : ‘Les factures et les titres de propriété, je connais… c’est très bien pour la vie sociale et pour éviter les contestations entre vous… mais moi, je suis Dieu ! Tout ce qui existe, c’est moi qui le fait exister. Cet univers je le tiens dans
l’existence… alors, tout ce que tu avais, tu devais savoir que je te l’avais confié pour que tu le gères… que tu en fasses un bon usage, conformément à ta vocation de fils de Dieu et de frère des autres hommes.”

On voit comment cette parabole illustre bien notre destinée : “Veillez”, cela veut dire : “Rappelez-vous chaque jour que vous aurez à rendre compte de votre vie… que, devant Dieu, vous n’êtes pas vraiment des propriétaires… ni de votre argent… ni de votre
corps… ni de votre destinée. Vous avez une vocation… vous n’êtes pas faits pour n’importe quoi ! Vous êtes des serviteurs… non pas des serviteurs qui seraient faits simplement pour obéir… vous êtes faits pour aimer !”
Ce qui rappelle une autre parabole : “Ce que vous aurez fait aux plus petits… à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’aurez fait.” (Mt 25,40)

Veiller , c’est vivre chaque jour en se rappelant cette vocation : c’est demeurer dans cette perspective, qui est celle de Dieu, sans glisser dans la tiédeur ou l’égoïsme… parce que l’horizon de Dieu, c’est la vie éternelle, et tout ce qui, quotidiennement,
nous fait entrer dans cette vie.

JCP extrait du site Notre-Dame du chêne (notredameduchene.fr)

Cet article, publié dans Réflexion, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Faites-nous part de vos commentaires !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s