Pour nous, ‘qui est Jésus’ en cet instant même ?

« Pour vous, qui suis-je ? » (Mc 8:29) demanda Jésus à ses disciples. Cette question fondamentale reste toujours d’actualité. Les juifs en son temps Le prenaient pour ‘Jean Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des prophètes.’ Un ‘grand’ parmi les ‘grands’, mais pas le Messie… Aujourd’hui, 20 siècles plus tard, beaucoup reconnaissent en Jésus une personnalité d’envergure qui, comme Confucius ou Bouddha, a proposé à l’humanité un message élevé de justice et de paix mais pas Dieu, le plus grand de tous !…

Pour nous, ‘qui est Jésus’ en cet instant même ? Notre foi bien tranquille jusqu’à présent, pour ne pas dire endormie, est soudainement bousculée par cette question de Jésus posée à ses disciples. La foi du baptême que nous portons souvent bien discrètement est amenée à se préciser. Que connaissons-nous vraiment de Jésus ? Quelle place prend-Il dans notre vie personnelle ? La réponse de Pierre nous semble tout indiquée : « Tu es le Christ ! » (Mc 8:29) Mais, comme Pierre, sommes-nous bien conscients de la portée d’une telle affirmation ?

Une foi éclairée et exprimée sincèrement est fondamentale. Elle engage notre vie chrétienne et détermine notre attitude envers Dieu. Cette foi met Jésus au centre de notre vie. Elle nous transformera en profondeur. L’appel nous est donc lancé pour nous inciter à nous instruire davantage sur Celui en qui nous croyons. Une réelle connaissance de la Personne de Jésus nous aidera à vivre dans son intimité au-delà de tout conformisme. C’est primordial pour une vie chrétienne épanouie ! Notre chemin à sa suite s’en trouvera facilité. Mieux connaître Jésus pour saisir davantage le teneur de ses enseignements. C’est le défi de chaque chrétien. C’est la condition essentielle pour consolider notre foi.

Et justement le message de Jésus dans l’Évangile de ce dimanche a quelque chose de dérangeant. Il bouscule notre certitude sur le bonheur d’être en compagnie de Dieu. « Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix, et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi et pour l’Évangile la sauvera. » (Mc 8:34-35) Cette Parole de Jésus nous donne l’impression que le christianisme est doloriste et que le chrétien est l’ami de la souffrance. On est bien loin d’un amour attentionné et réconfortant de Jésus : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. » (Mt 11:28)

En réalité, en nous parlant de ‘porter sa croix’, Jésus ne nous impose pas le chemin de l’affliction, Il veut surtout nous rappeler le réalisme de la vie. Car, même dans le meilleur des mondes, la peine et la souffrance ne sont jamais exclues. Chacun sera confronté un jour ou l’autre aux difficultés de l’existence. Dans ces moments-là, l’expression ‘porter sa croix’, exprime toute la pesanteur qui se fait particulièrement sentir. Jésus nous prépare à affronter ces situations inconfortables de notre vie. « Prendre sa croix » en suivant Jésus, c’est donc accueillir avec un certain détachement nos épreuves, petites ou grandes, tout en fixant le cap vers le Bonheur. « Dieu est Amour » (1Jn 4:8), nous dit saint Jean. Dieu ne laisse pas ses enfants noyés dans l’adversité : « Quel père parmi vous, quand son fils lui demande un poisson, lui donnera un serpent au lieu du poisson ? Ou lui donnera un scorpion quand il demande un œuf ? Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père du ciel donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! » (Lc 11:11-13)

Suivre Jésus, c’est s’engager dans la voie de l’Amour. C’est ne pas se laisser abattre par des épreuves rencontrées en chemin. Rester fidèle à sa foi malgré tout, c’est parfois savoir renoncer à ses désirs, aller au-delà de l’intérêt personnel. Le don de soi est un passage obligé pour parvenir à cette fin. Suivre Jésus demande à chacun d’accepter de vivre les moments difficiles avec foi, courage et espérance. Cela fait partie de notre vie.

Saint Paul nous invite à nous engager dans cette voie d’Amour : « L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; il ne fait rien d’inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L’amour ne passera jamais. » (1 Corinthiens 13:4-7)

Nguyễn Thế Cường Jacques, extrait du site https://dimancheprochain.org/

Cet article, publié dans Réflexion, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Faites-nous part de vos commentaires !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s