Aller à Jésus en repérant les obstacles, en les dépassant…

Les recommandations de Jésus pour que la rencontre entre lui et eux puisse avoir lieu…

Chacun de nous s’efforce de recevoir pleinement la parole de Dieu, cherche à s’y ouvrir pour qu’elle puisse porter son fruit en nous et vers les autres à partir de nous… Dans ce passage d’évangile nous pouvons percevoir la promesse que fait Jésus « Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie », mais surtout les obstacles que les personnes lui opposent et font que ses initiatives ne peuvent déboucher… Comprendre les obstacles que les autres opposent au Seigneur, peut nous aider à prendre la mesure de nos propres manières de nous opposer à sa parole, nous aider à améliorer notre disponibilité. Le carré magique nous aide à en situer la nature :

VISION, Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vieFONDATION, Ils seront tous instruits par Dieu lui-même
ACTION, Rencontre entre Jésus et les Juifs possible ou non… selon…ORGANISATION, Ne récriminez pas entre vous

les obstacles sont d’une part dans notre manière de nous comporter en groupe avec la capacité qui en découle de renforcer l’opposition de chacun, en nous incitant à récriminer, et d’autre part ils résident dans l’empêchement de la fondation lorsque nous n’acceptons pas de nous ouvrir a priori à des principes nouveaux de pensée, offerts par Dieu, même si nous disons y être ouverts par ailleurs… Reprenons ces obstacles et laissons alors pleinement retentir l’appel que nous fait le Seigneur…

« Ne récriminez pas entre vous » Une habitude si classique en nous les hommes. Une perception négative émise par l’un puis reprise par l’autre devient peu à peu une réalité consistante. La question de l’origine de Jésus qui devrait demeurer une question ouverte devient ainsi un jugement négatif qui exclut, annihile. Le jeu de l’échange entre nous ne peut en rester à cette finesse que peuvent atteindre les jugements personnels, le plus souvent. Nous optons pour une solution commune qui fige notre propre évolution… et du coup celle de notre groupe d’appartenance… Rien d’une vie communautaire véritable ne peut être sans une réelle ouverture au silence et à la décision personnelle… Gardons-nous des propos négatifs qui enferment, aussi bien pour ceux que nous émettons que pour ceux que nous recevons… Sachons garder notre propre manière de penser, de voir, de comprendre… Sachons faire confiance à ce qui naît en nous… Acceptons cet inconfort de la question qui travaille… et appelle à un chemin personnel.

 « Ils seront tous instruits par Dieu lui-même » Jésus redit à ses interlocuteurs un constat reçu a priori par tous : Dieu parle au cœur de chacun. Mais si cette vérité est facile à recevoir en théorie, elle est beaucoup plus difficile à mettre en œuvre pratiquement. Elle demande, en effet, de se faire confiance, d’oser se risquer, de la laisser se développer pour qu’elle prenne consistance. Et pourtant, c’est bien le chemin de la croissance. Peu à peu tenir à une certaine manière de voir, la confier au Seigneur, vivre un peu à partir d’elle, la laisser produire son fruit, la laisser nous transformer, et, de là, avancer à nouveau. C’est le chemin pris par la Vierge Marie qui gardait tout en son cœur, le chemin que nous avons pris aussi malgré tout… Si nous nous retournons sur notre chemin, nous verrons que notre progrès, aussi modeste soit-il, a pris ce cheminement. Prenons le temps de recevoir ce qui nous est donné, formulons-le, offrons-le au Seigneur, laissons-le ainsi travailler en nous… Alors peu à peu une sagesse nous habitera, peu à peu nous cheminerons… peu à peu nous entrerons dans son amitié… Le Seigneur est patient et fidèle, n’en doutons pas… ne cherchons pas de grands sauts mais acceptons tout progrès même le plus modeste… A travers cela il fraie le chemin…

« Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie ». Le Seigneur termine sa prise de parole par un renouvellement de sa promesse, il nous dit que le don qu’il fait de lui-même, ce n’est pas seulement lui comme cela, mais c’est lui en train de se donner, de se transmettre, de se communiquer, pour que le mystère de la vie se communique lui aussi, lorsque nous le recevons, nous ne faisons pas que le recevoir, nous le recevons se donnant, nous recevons son mouvement de don, nous recevons ce dynamisme qui nous met en mouvement… En nos vies, souvent nous percevons des mouvements en nous, qui nous portent, nous entrainent, nous conduisent vers une plus grande ouverture… le Seigneur nous touche à ce moment, il nous appelle, sachons lui répondre… Chaque fois que nous participons à la Messe, nous recevons ce mouvement d’amour qui nous aide à entrer dans une relation plus intime avec lui, nous nous trouvons orienté, capables d’entrer plus avant…

père Jean-Luc Fabre, extrait du site https://jardinierdedieu.fr/

Cet article, publié dans Réflexion, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Faites-nous part de vos commentaires !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s